#Twitter EtLesPolitiques

Même les politiques l’ont compris : on ne peut plus se passer de Twitter en 2012. Deux tiers des leaders politiques sont sur le puissant réseau social. La moitié d’entre eux ne suivent pas ses pairs. C’est le cas de Barack Obama, le plus suivi au monde qui ne suit seulement que deux leaders politiques.

Ce que Twitter apporte aux politiques

Selon la première étude sur Twitter réalisée (ndlr : “Twiplomancy”), le réseau social est en train de combler le fossé de communication avec les politiciens.

Dans un premier temps, Twitter permet aux hommes politiques de diffuser leurs actualités à un réseau de plus en plus large, et favorisant parallèlement la proximité avec les citoyens.

Twitter est d’abord pour eux un moyen de communication à moindre coût, utilisé le plus souvent par “opportunisme”.

La tendance générale montre que les politiciens utilisent plus fréquemment Twitter lors des périodes d’élections, sans hésiter à laisser tomber leurs “followers” dès leur prise de fonction (C’est le cas de François Hollande et de la présidente brésilienne Dilma Roussef)

Le décalage avec les “Twitos”

« Les hommes et les femmes  politiques ne maîtrisent pas tous Internet et ne connaissent pas toujours les codes de Twitter » explique Erwann Gaucher, consultant médias, blogueur et journaliste.
Il est vrai que les tweets  des dirigeants politiques dénotent parfois dans l’univers des « twittos  ».

Certains l’utilisent pour diffuser des informations sur leur agenda médiatique, d’autres choisissent de twitter leur vie privée…

Tandis que De Villepin et Eva Joly communiquent de façon minimaliste, Benoit Hamon et Cécile Duflot jouent sur la proximité avec leurs followers et twittant des anecdotes personnelles…

Le président américain rafle la première place du podium avec plus de 17 millions d’abonné : il est suivi par un quart des dirigeants politiques !

Les six autres comptes les plus suivis par ceux-ci sont : La Maison Blanche, Downing Street, le premier ministre canadien Stephen Harper, le président sortant du Mexique Felipe Calderon, la présidente brésilienne Dilma Roussef, et le Palais de l’Elysée.

Sources : lefigaro.fr/politique

Twiplomancy” : première étude sur Twitter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s