L’émergence de l’humour en politique, c’est possible ?

Campagnes sous contrôle, moindre parole calculée, la sphère politique laisse malheureusement peu de place à l’humour et au second degré. Quelle juste mesure adopter lorsque on est un homme politique ? En passant par Peillon et sa déclaration sur le cannabis, sans oublier le tweet de Cécile Duflot sur son Chili con carne, on constate que les politiques tenteraient de casser les codes d’un secteur aux écarts impardonnables !

Depuis quelques jours, c’est Arnaud Montebourg qui fait le buzz grâce à sa couverture du Parisien en marinière Armor-Lux, blender Mounlinex au bras, et montre Herbelin au poignet. Commentée et controversée dans les médias, cette position inattendue occupée par un homme politique démontre une tendance à l’émergence de l’humour dans les rangs.

Le Ministre du Redressement Productif n’est pas le seul à aller dans cette voie : le ministère des Affaires Etrangères a partager sur les réseaux sociaux un Tumblr mettant en scène de façon humoristique la vie des diplomates : un grand pas pour la politique française…

Outre Atlantique, les hommes politiques américains ont saisi la subitilité de l’utilisation de l’humour dans leur profession et l’autodérision est devenu le maître mot des élections américaines. Mitt Romney et Barack Obama n’hésitent jamais à s’échanger des vannes de bon goût, bien évidemment réfléchies, détendant ainsi une atmosphère d’élections présidentielle…

Quoi qu’il en soit, l’utilisation de l’humour en politique reste un exercice de style périlleux et acrobatique. Les politiques, soucieux de prouver leur proximité avec la population, seraient-ils en train de remettre en cause le caractère « divin » de leurs foncitons ?

Une forme de révolution est sans aucun doute en train de se dérouler sous nos yeux !


Mitt Romney et Barack Obama, lors du moment dit « Baïonette »

Obama a ressorti sa recette miracle : une répartie trempée dans une bonne dose d’humour.

Exemple : à Romney qui déplorait que les navires américains n’ont jamais été aussi peu nombreux depuis 1917, il a répondu : “Gouverneur, nous avons aussi moins de chevaux et de baïonnettes car notre armée a changé. Nous avons ces trucs qui s’appellent des porte-avions sur lesquels les avions peuvent atterrir et des bateaux qui vont sous l’eau, ça s’appelle des sous-marins nucléaires.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s